Camping var - verdon - provence
Mobil-home Var Piscine camping dans le Var VTT dans le Verdon Escalade dans le Verdon Village de Ginasservis

Manosque, l’église Saint-Sauveur et ses environs

Le nom Manosque est d’origine celto-ligure et signifie « habitants des collines »

Après le pillage de la ville par les Sarrasins vers l’an 900, Manosque renaît autour de l’église Notre-Dame-de-Romigier à partir du XI° siècle.

Autour de l’église Saint-Sauveur

Autour de l’église Saint-Sauveur

Porte Saunerie :
Son nom vient du mot saou, qui signifie sel. Des entrepôts de sel étaient installés à cet endroit dès le moyen âge. Cette porte a été construite en 1382.

La grande rue :
Il s’agit de la rue commercante de la ville. On apercoit, entre les vitrines, les belles portes en noyer des maisons bourgeoises. Pour découvrir le vieux Manosque, il faut emprunter les petites ruelles.

Eglise Saint-Sauveur :
Cette unique paroisse de Manosque est typique du roman provencal. Elle renferme un riche mobilier, des sièges en bois sculpté et des toiles du XVII° et XVIII° siècle.

Maison Voland :
Il s’agit d’une très belle maison bourgeoise situé au numéro 5 de la rue Voland. Cette batisse est historique à double titre pour Manosque.
En 1367, le studium papal s’y installa. Cela ressemblait alors à une importante communauté d’élèves et de professeurs. Ils quittèrent la maison lorsque une épidémie mystérieuse se déclara dans l’école. Il s’agissait d’une maladie qui rendait les gens fous avant de les tuer. Le second fait historique concerne la venue de François I° à Manosque. Pour honorer le roi, les consuls de la ville lui présentèrent les clefs des portes sur un coussin, porté par la jeune et jolie mademoiselle Voland. Les regards du monarque envers la jeune fille ne laissairent à celle-ci aucun doute sur les intentions du roi. Profondément troublée, mais ne voulant ni être compromise, ni avoir à désobéir au monarque, elle se serait défiguré aux vapeurs de soufre pour décourager les avance royales. Lorsqu’il apprit cet acte, François I, très touché par la vertu de la jeune femme, baptisa toute la vill du surnom de « pudique ».

Autour de Notre-Dame-De-Romigier

Porte Soubeyran
Porte Soubeyran

Hotel de ville :
Il présente une ravissante façade à deux étages de style classique. Il est une des batisses à visiter à Manosque.

Eglise Notre-Dame-De-Romigier :
Il s’agit du monument religieux le plus ancien de la ville. Il abrite une très belle Vierge à l’enfant du XII° siècle vénérée par la population, ainsi que du mobilier et de superbes vitraux. Grâce à de nombreuses ouvertures, percées dans les murs formerets, cette église est d’une luminosité exceptionnelle.

Hotel d’Herbès :
Cet hotel a longtemps abrité les archives communales de Manosque. Depuis 2006, il accueille la médiathèque de la ville.

Porte Soubeyran :
Son nom signifie supérieur, car elle est, géographiquement parlant, la plus haute de la ville. Le soubassement de la porte date du XIV° siècle alors que la rampe de pierre, la tour, et la campanile sont du XIX° siècle. Ce dernier est l’œuvre d’un artisan d’Apt, Baucham, sa forme symbolise le tracé de la vieille ville qui s’apparente à celle d’une poire.

Porte Guilhempierre :
Elle portait le nom du notaire qui écrivit les privilèges de la ville, et fut abattue en 1836 sur pétition des habitants afin que l’air et le soleil assainissent le quartier ouest, ravagé par une épidémie de choléra. Une fausse porte en Siporex fut réalisées en 1986 à l’occasion de la première fête médiévale.

Porte d’Aubette :
La porte de la petite aube fut détruite en 1934 pour permettre l’entrée aux camions dans le centre ville.

Hors les murs

Fondation Carzou :
La chapelle de l’ancien couvent de la Présentation Notre-Dame abrite la fondation Carzou. La fondation offre aux visiteurs plus de 666 m² de peintures réalisées par Jean Carzou entre 1985 et 1991. Jean Carzou est un peintre arménien né à Alep en Syrie en 1907.

Centre Jean-Giono :
Jean-Giono est né en 1895. C’était un poète lyrique et visionnaire, professeur d’espérance, créateur de mythes et d’images éblouissantes, subtil romancier et pessimiste joyeux. Il a porté sur l’humanité un regard lucide et ironique, en cultivant son bonheur dans l’humilité du quotidien.
Le centre est situé à l’entrée de la ville, dans une ancienne demeure provençale.

Lou Paraïs :
Jean-Giono demeura dans sa maison Lou Paraïs à Manosque de 1929 à 1970, date de sa mort. Son jardin domine la ville. Le visiteur peut découvrir le bureau et la bibliothèque dont un mur est peint à fresque par Lucien Jacques, ami de l’écrivain.

Mont d’Or :
Pour découvrir Manosque, monter sur cette colline. Les ruines d’une tour de l’ancien château des comtes de Provence se dressent, isolées au milieu d’une oliveraie. La ceinture des boulevards reprend le tracé des remparts. Au pied du plateau de Valensole, on aperçoit la Durance, rivière longtemps capricieuse et aujourd’hui disciplinée.

Chapelle de Toutes-Aures :
La chapelle de Toutes-Aures (de tous les vents) se trouve sur un plateau propice à la promenade qui fait face à la colline du mont d’Or. Les Manosquins montent à la chapelle en pèlerinage le lundi de Pâques et y organisent un grand pique-nique. On y célèbre aussi la fête du patron de la ville, Saint-Pancrace.


Résumé tiré du livre « Alpes-de-haute-provence » des Encyclopédies du Voyage

© Camping Ginasservis - Plaine Gasquet 83560 GINASSERVIS - Phone: +33 (0)4 94 80 45 11 - Cell: +33 (0)6 77 46 75 82 | 0.0491 seconds | Création de site internet